Retour

Checklist de l’entrepreneur: 7 étapes essentielles pour monter votre projet

Nicolas Mera
par Nicolas Mera
Publié le 22 février, 2018

baskets blanches vues depuis le dessus sur un pont en bois pour illustrer le démarrage d'une entreprise

En 2016, plus de 500 000 entreprises ont été créées en France.

Un boom entrepreneurial qui laisse penser qu’il suffit d’un bon concept et d’un nom accrocheur pour lancer son entreprise.

Pourtant, de nombreuses rigueurs administratives et réglementaires viennent s’ajouter au processus.

Pour vous aider le long de votre projet, on vous a dressé une checklist qui répertorie les étapes nécessaires pour mener votre TPE/PME vers le succès.

Étape #1 : une idée qui vaut de l’or

Vous le savez sans doute déjà, mais ça ne coûte rien de le rappeler : avant d’entamer les démarches administratives, commencez par affiner votre concept.

Quel est votre principal argument de vente? Comment vous distinguez-vous de la concurrence? À quels besoins allez-vous répondre?

Rappelez-vous, de nombreuses entreprises ne franchissent pas le cap des deux ans d’activité post-création. C’est donc au cœur de votre concept de départ que l’avenir de votre entreprise se joue.

Si vous tenez un concept unique ou révolutionnaire, pensez à le protéger via un brevet ou tout autre titre de propriété industrielle pour ne pas vous faire couper l’herbe sous le pied.

Étape #2 : développez votre stratégie et une étude de marché détaillée

Analysez l’environnement dans lequel vous envisagez de monter votre entreprise.

Quels sont vos principaux concurrents? Quelle part de marché visez-vous? Quelles tendances pouvez-vous anticiper? Quels seront les facteurs-clés de succès?

À partir de ces observations, formulez vos stratégies de distribution, de promotion et de prix conformément aux attentes du marché et de votre clientèle-cible.

Étape #3 : préparez votre plan de financement

La question s’est sans doute déjà posée au cours de votre réflexion sur le concept.

Elle tient en un seul mot : combien?

Combien êtes-vous prêt à investir au moment de lancer son entreprise? Quel retour sur investissement prévoyez-vous dans les trois premières années d’activité ? Devrez-vous faire appel à une banque ou à des investisseurs externes pour renflouer le projet de fonds ?

Consultez les différentes aides à la création d’entreprise disponibles sur le territoire français (prêts d’honneur, déductions d’impôts, accompagnement personnalisé) et les avantages qu’ils offrent.

Étape #4 : choisissez votre statut juridique

Vous avez étudié votre marché, élaboré votre stratégie et identifié vos sources de financement avant de compiler le tout dans votre business plan.

(Si vous n’êtes pas sûr de savoir comment rédiger un business plan, allez lire cet article.)

Reste à choisir la forme juridique qui convient à votre activité : SÀRL, SAS, SA, etc.

La forme de votre entreprise dépend du nombre de créateurs impliqués, de votre industrie ou du seuil de responsabilité que vous choisissez.

Dans le cas d’une société à responsabilité limitée (SÀRL) par exemple, on distingue le patrimoine de l’entreprise et le patrimoine personnel de l’entrepreneur. Ce qui veut dire qu’en cas de dissolution de l’entreprise, on ne peut pas saisir les meubles de ce dernier pour éponger les dettes contractées par son entreprise.

C’est donc une décision importante à considérer au moment de lancer son entreprise.

Étape #5 : décidez où domicilier votre entreprise

Au moment de lancer son entreprise, vous devez domicilier votre entreprise – c.-à-d. déterminer l’adresse professionnelle, aussi appelée siège social.

Plusieurs options s’offrent à vous : vous pouvez domicilier votre entreprise dans le local professionnel qui abritera votre activité (par ex. votre boutique, garage, ou salon de coiffure).

Vous pouvez également le faire par l’intermédiaire d’une société dédiée ou une pépinière d’entreprises.

Enfin, votre adresse personnelle peut servir de siège social à votre société naissante, sous certaines conditions.

Étape #6 : montez le dossier d’immatriculation de l’entreprise

Avant d’entrer en activité, toute société doit être  immatriculée au Registre du commerce et des sociétés (pour les activités commerciales), au répertoire des métiers (pour les activités artisanales) ou à l’URSSAF (pour les activités libérales).

Pour cela, il vous faut un dossier qui rassemble les statuts de l’entreprise (objet, capital social, domiciliation, régime fiscal, responsabilité des associés). Vous devrez ensuite remplir le formulaire CERFA correspondant à votre demande. En plus de nombreuses pièces justificatives, armez-vous de patience de fer pour compléter ces formalités administratives.

Si vous souhaitez le faire en ligne, rendez-vous sur guichet-entreprises (ou ici pour les autoentrepreneurs).

Vous recevrez ensuite votre extrait K ou Kbis sous 3 à 7 jours ouvrables qui constitue la carte d’identité juridique de votre entreprise.

Étape #7 : terminez avec les ultimes préparatifs pré-activité

Après avoir passé toutes ces étapes, il vous reste encore une chose à faire : partager la nouvelle.

Publiez dans un journal d’annonces légales la création de votre société. Si ce n’est pas déjà fait, vous devrez ensuite ouvrir un compte en banque au nom de votre entreprise, et souscrire à une ou plusieurs assurances professionnelles, dont certaines sont obligatoires.

Enfin, ne négligez pas non plus votre présence en ligne. Votre entreprise est-elle visible en ligne, là où vos clients vous cherchent? Avez-vous réfléchi à votre stratégie web? Sur quelle plateforme de réseaux sociaux serez-vous présent? Avez-vous réfléchi à vos future campagnes de publicité en ligne?

Vous n’aurez ensuite plus qu’à accueillir vos futurs clients!

Nicolas Mera
Nicolas Mera
Caméléon entrepreneurial, Nicolas a participé à plusieurs créations d'entreprise au cours de sa jeune carrière. Il porte un regard bienveillant sur tout ce qui est créatif, admire Elon Musk, et espère secrètement devenir le premier humanoïde à fouler le sol martien.
Back To Top